La Commission scolaire des Hauts-Cantons dévoile son Plan d’engagement vers la réussite

Par Vincent Cliche
La Commission scolaire des Hauts-Cantons dévoile son Plan d’engagement vers la réussite
Le président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, Yves Gilbert, a présenté le Plan d'engagement vers la réussite de son organisation, un document qui devrait dicter la prise de décision pour les cinq prochaines années. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

ÉDUCATION. À l’intérieur de son Plan d’engagement vers la réussite, la Commission scolaire des Hauts-Cantons souhaite diminuer le taux de décrochage chez les garçons au cours des cinq prochaines années.

Lorsqu’on regarde les statistiques présentées par l’organisme, à Coaticook, un élève sur dix décroche. Sur ces chiffres, il y a quatre fois plus de garçons qui quittent l’école que de filles. «C’est quelque chose auquel il faut s’attaquer, précise le président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, Yves Gilbert. Le milieu de l’éducation en a fait une priorité, car notre Plan [d’engagement vers la réussite] découle de tous les intervenants.»

Les moyens pour arriver à cet objectif sont nombreux et visent principalement la diversification du cursus scolaire. «Il faut savoir accrocher les jeunes. L’école doit être différente de ce qu’elle était par le passé. S’asseoir derrière un bureau alors qu’on se fait réciter des leçons, ça peut peut-être fonctionner pour certains élèves, mais pour d’autres, ce n’est pas la bonne façon. Est-ce qu’on pourrait ajouter plus de sports, de musique ou de sciences?», se questionne M. Gilbert.

N’empêche, le président note le faible taux de décrochage à Coaticook, qui se situe à 10,2 %.

Notons aussi les autres enjeux du Plan d’engagement vers la réussite. La Commission scolaire souhaite un milieu de vie et d’apprentissage accueillant et sécuritaire, lequel passera certainement par une amélioration du parc immobilier.

On souhaite aussi la participation de partenaires dans le milieu. «On fait le tour des municipalités, on rencontre les élus et on jase éducation. Déjà, des idées sont sorties du lot, à savoir si on ne pouvait pas ouvrir les plateaux sportifs ou les bibliothèques un peu plus longtemps», évoque Yves Gilbert.

Partager cet article

1
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Linda Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Linda
Invité
Linda

j’aurais une suggestion, celle de responsabiliser les jeunes, de leur donner de la fierté par cette approche.
Des moments de concentration, genre méditation.
Du sport au sens large, pour ceux qui ne bougent pas …