Le verger Le Gros Pierre ajoute 1500 pommiers à son verger

Par Vincent Cliche
Le verger Le Gros Pierre ajoute 1500 pommiers à son verger
Le copropriétaire du verger Le Gros Pierre, Gaétan Gilbert, indique qu'il posera un pare-grêle afin de protéger ses nouveaux pommiers. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

COMPTON. Le verger Le Gros Pierre grandit. L’entreprise agroalimentaire de Compton a récemment planté 1500 pommiers, lesquels viendront offrir de nouvelles variétés de pommes.

Cet ajout vient augmenter le nombre d’arbres de plus de 30 %, au plus grand plaisir du copropriétaire de l’endroit, Gaétan Gilbert. «Le terrain de deux acres sur lequel on a planté nos nouveaux pommiers en est un que l’on convoitait depuis une quinzaine d’années. Après trois tentatives, on a pu en venir à une entente avec le propriétaire [Marcel Drouin]», indique M. Gilbert.

L’expansion, qui a nécessité un investissement de plus de 150 000 $, était devenue nécessaire, selon le copropriétaire. «Ces dernières années, on manquait toujours de pommes lors de l’autocueillette. Par exemple, la Honey Crisp ne peut durer qu’une seule journée. Avec l’agrandissement, ça durera deux ou trois jours.»

«L’augmentation de notre production de produits dérivés, comme nos tartes, demande de plus en plus de fruits. L’ajout d’arbres viendra nous aider», poursuit M. Gilbert.

En plus des classiques, on retrouvera de nouvelles variétés qui, pour l’instant, ne portent que des numéros. «Ce sont nos petits bébés, image le copropriétaire en parlant des expériences faites par le regroupement La pomme de demain, dont il fait partie. Je trouve qu’il est important de faire découvrir de nouvelles variétés. On développe les papilles de notre clientèle. On leur montre qu’il n’y a pas juste la McIntosh, la Spartan ou la Lobo.»

Bien aimée au Québec, serait-il possible de retrouver la Granny Smith dans les vergers de la province? «Pas en raison de notre climat, spécifie toutefois Gaétan Gilbert. Même faire pousser une Gala, ce serait risqué. Peut-être qu’on pourra réussir, un jour, un certain croisement, mais, pour le moment, ça demeure impossible.»

Les amateurs de pommes devront être patients avant de goûter aux fruits des nouveaux pommiers. La première récolte se fera dans un peu plus de trois ans. En 2024, chaque arbre devrait donner entre 15 et 20 livres de pommes fraîches.

La nouvelle production amènera certains changements au bâtiment d’accueil. «Il devra être retapé, car on commence déjà à manquer de place. J’aimerais bien y construire de nouvelles chambres froides, un congélateur ainsi que de nouvelles aires de production», note le copropriétaire.

En route vers une bonne saison

La prochaine saison des pommes s’annonce bien bonne, dit Gaétan Gilbert. «On aura une très belle récolte. Les bourgeons ont l’air sain et ça n’a pas été si froid cet hiver. On doit maintenant se croiser les doigts pour qu’on ait de la belle température au cours des prochaines semaines.»

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des