Le «Foresta Lumina» de Baldwin verra le jour en 2020

Par Vincent Cliche
Le «Foresta Lumina» de Baldwin verra le jour en 2020
Un nouvel attrait s'en vient au Parc Découverte nature de Baldwin. Les travaux de celui-ci devraient débuter cet été. (Photo : gracieuseté - Parc Découverte nature)

COATICOOK. Les dirigeants du Parc Découverte nature de Baldwin ont présenté les grandes lignes de leur projet-phare de plus de deux millions de dollars, lequel devrait émerveiller les visiteurs à l’été 2020.

Lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisme, tenue le 14 mars dernier, quelques bribes d’informations ont été divulguées quant au projet qu’on surnomme le «Foresta Lumina» de Baldwin. Alors que le parcours nocturne du Parc de la gorge mise sur la magie et l’émerveillement, on misera sur l’aspect éducatif et environnemental pour l’attrait du Parc Découverte nature. «Ce qui est unique à Baldwin, c’est l’eau, la reproduction d’espèces menacées. On jouera beaucoup sur l’aspect de la biodiversité, du genre si on pose un geste aujourd’hui, dans 15 ans, quel impact aura-t-il? Tout ça, avec une touche de magie et en utilisant une technologie de pointe», énumère la directrice générale du Parc de la gorge de Coaticook, Caroline Sage, sans toutefois trop en dévoiler.

L’expérience proposée sera une activité de jour, question d’être complémentaire à l’offre de Foresta Lumina. Les premiers travaux devraient débuter au cours de l’été, mais le projet ne verra le jour que l’an prochain.

L’équipe du Parc Découverte nature dit avoir ficelé son budget à la hauteur de 60 %. Aux dires de Caroline Sage, l’écoute des gens envers ce projet est plus facile à obtenir que lors du lancement du parcours nocturne, il y a déjà six ans. «On a fait nos preuves, alors lorsqu’on frappe aux portes, on nous invite davantage. Par contre, rendu devant les gens intéressés, il faut quand même vendre notre salade, leur montrer que notre projet est rentable, qu’il est innovateur et qu’il va fonctionner. Ce que je peux dire aussi, c’est qu’il est encore possible d’inventer et de se démarquer dans le créneau touristique. Par contre, ça nous prend les moyens pour y arriver.»

Du nouveau au Parc de la gorge

Un investissement de l’ordre de 200 000 $ sera injecté dans le parc informatique servant à alimenter la magie de Foresta Lumina cette année. «C’est un peu déchirant pour moi de dire que nous allons investir dans de l’invisible, estime Caroline Sage, qui est aussi directrice générale du Parc de la gorge. Il faut dire qu’en cinq ans, la technologie a changé. Nos 12 ordinateurs ne sont pas non plus installés dans des conditions optimales. Ce sera un très gros chantier qu’on devra voir avec nos partenaires, dont Moment Factory. C’est un mal nécessaire, car on ne voudrait pas qu’un jour, un ordinateur ne lâche et qu’on ne soit pas capable d’offrir le parcours à son plein potentiel.»

De plus, certaines zones recevront une cure de rajeunissement en vue de la sixième saison de Foresta Lumina, promet Mme Sage.

Les équipes de terrain travailleront également à l’élaboration d’un nouveau sentier pédestre «signature». «80 % de nos randonneurs ne font que la boucle qui mène au pont et à la gorge, explique Caroline Sage. On souhaite qu’ils aillent un peu plus loin. Ce qu’on veut faire, c’est de prendre l’un de nos sentiers existants et développer de nouveaux points de vue tout aussi spectaculaires que la gorge et y ajouter certaines infrastructures.»

Pour les habitués, le sentier du maire a été choisi pour cette métamorphose. Fermé depuis l’an dernier, il devrait être prêt pour cet automne.

Autre nouveauté: l’ajout d’un sentier multifonctionnel pour les personnes à mobilité réduite. Les gens en chaise roulante ou encore en quadriporteur pourront visiter le Parc sans trop de difficultés.

De plus, une piste de vélo de montagne pour les débutants sera ajoutée à l’offre du Parc de la gorge.


Un pas en faveur de l’environnement

L’an dernier, huit lampadaires solaires ont été installés dans les sentiers menant au camping. «Il y avait certains endroits qui étaient sombres lorsque les campeurs revenaient de Foresta Lumina, note Caroline Sage. Avec l’œil magique, ils s’allumaient lorsque des gens étaient à proximité. Selon l’heure, la lumière était plus ou moins intense.»

L’expérience a été concluante et le Parc de la gorge ajoutera deux autres lampadaires solaires. Avec cet ajout, on désire poursuivre le virage vert de l’organisme.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des