Action citoyens dépose sa contre-expertise de l’hôtel de ville de Compton

Par Vincent Cliche
Action citoyens dépose sa contre-expertise de l’hôtel de ville de Compton
L'hôtel de ville de Compton (Photo : (Photo archives Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche))

COMPTON. Action citoyens de Compton propose une alternative moins coûteuse, à ses dires, à la démolition et à la reconstruction d’un nouvel hôtel de ville, soit celle d’une rénovation du bâtiment actuel. Le regroupement, qui a déposé sa contre-expertise du site lundi dernier (14 janvier), juge qu’il en coûterait aux alentours de 363 000 $ afin de rénover le lieu. «On juge que ce n’est pas trop cher dans les circonstances, explique le porte-parole du groupe, Denis Loubier. Ça représente en fait 10 % des coûts associés à la démolition et à la construction d’un nouvel hôtel de ville. Juste pour ces raisons, je ne verrais pas pourquoi on voudrait tasser l’option de la rénovation.» M. Loubier dit être très satisfait des conclusions avancées par la contre-expertise commandée par la firme Shellex. Le document note également que si l’option des travaux est retenue, des inspections en structure devront être réalisées tous les cinq ans par un ingénieur pour s’assurer de la sécurité des lieux. Le porte-parole indique qu’il faudra aussi prendre en considération l’impact environnemental. «Une rénovation est beaucoup plus écologique qu’une démolition et une reconstruction», dit-il. «Ce bâtiment a une certaine culture, une histoire, avance le principal intéressé, qui est au courant que l’hôtel de ville n’est pas un bâtiment patrimonial. Si les murs pouvaient parler, ils en diraient long. Il s’agit d’un immeuble qui a été habité par les bâtisseurs du village.» Action citoyens de Compton va même jusqu’à comparer leur combat à celui de l’édifice Louis-St-Laurent, au milieu des années 1970. «À l’époque, on voulait le démolir. Aujourd’hui, c’est un musée et tous les Comptonois en sont fiers.» La cabale se poursuit pour le groupe, qui se dit confiant. La cour devra trancher vendredi (18 janvier), à savoir si l’injonction entourant l’arrêt des travaux de démolition sera accordée.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Benoît Bouthillette
Invité
Benoît Bouthillette

Pour que les gens puissent se faire une idée claire, voici ce que disent exactement les deux rapports déposés.

Conclusion du rapport de contre-expertise :
Selon les résultats obtenus par la présente contre-expertise, nous croyons que les défauts structuraux constatés et les recommandations faites par SMi sont raisonnables.

Défauts structuraux constatés par SMi :
Le bâtiment dans son état actuel présente plusieurs risques pour la sécurité et la vie des usagers.

Recommandation finale de SMi :
Vous comprendrez ainsi que dans le contexte actuel, il est plus judicieux d’investir dans un nouveau bâtiment que de préserver l’ancien.