Marjorie Tyroler sacrée personnalité de l’année à Coaticook

Par Vincent Cliche
Marjorie Tyroler sacrée personnalité de l’année à Coaticook
La directrice générale du Centre d'action bénévole de la MRC de Coaticook, Marjorie Tyroler, est ici entourée d'une partie de son équipe, Édith Dodier, Angelo Eloundou, Olivier Girondier, Lucie L'Heureux et Maryse Labbé.

IMPLICATION. Sous sa gouverne, le Centre d’action bénévole (CAB) de la MRC de Coaticook a célébré son 30e anniversaire et, du même coup, a recruté des gens qui souhaitent s’impliquer dans la communauté. Les initiatives qu’elle a mises en place avec l’aide de son équipe ont également dynamisé le milieu. Voilà pourquoi l’équipe rédactionnelle du Progrès de Coaticook nomme Marjorie Tyroler «Personnalité de l’année 2018». Les 365 derniers jours ont été fort remplis aux yeux de la principale intéressée. «Ç’a été une excellente année pour nous, confie la directrice générale du CAB. Les gens voient maintenant notre organisme pour tous les services qu’on rend à la population.» «Ce que je retiens le plus de cette dernière année, c’est probablement la valorisation du travail de nos bénévoles», poursuit Mme Tyroler. À titre d’exemple, on n’a qu’à penser aux chroniques mettant en vedette les bénévoles dans les médias, le Défi Action bénévole, auquel des centaines de personnes se sont inscrites pour dépasser le cap des 30 000 heures de bénévolat, ainsi que le partage de 30 gâteaux avec autant d’organismes afin de souligner le 30e anniversaire du CAB. 140 bénévoles actifs au CAB Du côté du Centre d’action bénévole, on ne compte pas moins de 140 bénévoles actifs. Au cours de la dernière année, ceux-ci ont offert 12 574 heures de leur temps pour assurer le bon déroulement des activités de l’organisme. Grâce à eux, des services comme ceux de la popote roulante, de la boutique Mod’Écolo, des Cuisines collectives ainsi que de l’accompagnement aux transports peuvent être offerts à une population dans le besoin. «Et ça ne compte pas toutes les personnes qui font du bénévolat sur une base ponctuelle, comme lors de la Guignolée ou encore des Cuisines collectives des Fêtes», cite Marjorie Tyroler. L’un des projets dont elle est particulièrement fière est celui de la réintégration sociale pour les aînés. «On a maintenant un travailleur social pour nos aînés et je crois qu’on joue un rôle important dans le maintien à domicile de ces personnes», estime la directrice générale. Notons également la collecte de vêtements en milieu rural et le service de boîtes à lunch dans les écoles qui n’ont pas de cafétéria comme initiatives lancées en 2018. Un caractère multiculturel habite le CAB Depuis un certain temps, un caractère multiculturel habite l’organisme de la rue Cutting. En effet, trois des 14 employés proviennent de différentes nationalités. «On essaie d’être inclusif et de faire une différence, lance Marjorie Tyroler. En tant que grande organisation, on se doit de faire une différence.» «Ces gens, qui proviennent de différents pays, enrichissent notre équipe et apportent une contribution très intéressante, rajoute la dynamique directrice. Ça fait un bout qu’on dit qu’on a besoin de la main-d’œuvre en région. Je pense qu’on pourrait faire appel plus souvent à des gens qui ne sont pas nécessairement de souche. On a voulu être un leader et, jusqu’à un certain point, prendre une chance. Tous les employés qu’on a recrutés viennent d’une grande ville et les trois sont tous ravis d’être à Coaticook. Ils sont très enchantés par la vie d’ici. Nous sommes, après tout, une communauté très humaine.» «Aussi, j’ai été agréablement surprise de voir à quel point ils ont reçu un bel accueil. Il faut se rappeler qu’une société diversifiée est vivante et d’autant plus riche.» Des projets en 2019 Les projets ne manqueront pas pour le Centre d’action bénévole de la MRC de Coaticook au cours de la prochaine année. On souhaite en bâtir un autour de la thématique de la population itinérante. De façon surprenante, il y en a un à Coaticook, rappelle Mme Tyroler. Un projet d’ordre culturel pour les aînés est aussi dans les cartons. «Ce sera une façon de combattre l’exclusion par les arts», note la directrice. «On s’attend aussi à bien faire notre travail et de redoubler une fois de plus d’efforts afin de recruter des bénévoles», conclut Marjorie Tyroler.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des