Charles Poulin s’engage à la construction d’un nouveau bâtiment pour la ferme-école du CIARC

Par Vincent Cliche
Charles Poulin s’engage à la construction d’un nouveau bâtiment pour la ferme-école du CIARC
Le candidat libéral dans Saint-François, Charles Poulin, estime qu'avec le déploiement d'internet haute vitesse d'ici 2020 dans toute la MRC de Coaticook et ce nouveau bâtiment à la ferme-école, les possibilités de développement sont sans limites.

AGRICULTURE. S’il est élu le 1er octobre prochain, le libéral dans Saint-François, Charles Poulin, s’engage à faciliter la construction d’un  nouveau bâtiment à la ferme-école du Centre d’initiatives en agriculture de la région de Coaticook (CIARC), un projet pouvant avoisiner les dix millions de dollars, selon les chiffres avancés par le candidat. «Depuis un moment déjà, le CIARC réclame une solution pour la ferme-école. Le bâtiment centenaire et ses équipements ne répondent plus aux besoins de formation. Les fermes d’aujourd’hui sont remplies d’équipements sophistiqués et performants. Je m’engage donc à doter le CIARC d’un bâtiment moderne, qui abritera la ferme-école avec de l’équipement innovant et digne d’une ferme-école 4.0», a lancé M. Poulin en conférence de presse mardi après-midi (11 septembre). Celui qui a salué le travail du groupe des fondateurs du Centre il y a 25 ans a également noté qu’il s’agissait d’un projet rassembleur, tant pour le monde de l’éducation que de la communauté en général. «En six ans, le nombre d’élèves au [Centre de formation professionnelle] CRIFA est passé de 146 à 246. Imaginez ce qui se passera avec le nouveau bâtiment. Ça augmentera certainement. La renommée de nos installations grandira aussi.» L’aide financière qu’il promet, advenant un second mandat des libéraux au cours des quatre prochaines années, se veut une «garantie pour l’avenir des fermes laitières dans la région, en Estrie et dans tout le Québec». «On devra offrir une formation de qualité qui préparera ces futurs travailleurs de la filière agricole à faire face aux défis de demain. À long terme, ces installations de qualité permettront d’être plus performants et de réinvestir dans la formation de nos élèves. On deviendra un modèle», souhaite-t-il. Charles Poulin a également noté le fait que son parti a récemment levé le voile sur une politique bioalimentaire, intitulée «Alimenter notre monde», laquelle prévoit des investissements de cinq milliards de dollars concentrés sur les cinq prochaines années. Une politique «très ambitieuse et créatrice de richesse», souligne le candidat libéral dans Saint-François.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des