L’école Gendreau de Coaticook inaugure une seconde classe flexible

Par Vincent Cliche
L’école Gendreau de Coaticook inaugure une seconde classe flexible
L'enseignante Nancie Charron est ici entourée de ses élèves David Blouin

ÉDUCATION. Bien qu’encore présent dans la salle de classe, le traditionnel pupitre fait maintenant place à la table ronde, aux ballons de stabilité ou encore à la chaise berçante. Bienvenue dans la classe flexible de Nancie Charron, enseignante de 3e et 4e années, à l’école Gendreau.

À ces nouvelles stations s’ajoutent des tapis de mousse, un divan, des caisses de lait, de gros coussins, une table basse et même quelques pneus. En tout, ce sont 32 places d’apprentissage que les élèves peuvent occuper à leur choix. Ils doivent également changer d’endroit au moins trois fois par jour, question de stimuler leurs apprentissages.

Instauré à la rentrée, ce nouveau système n’apporte que des éléments positifs à la classe, aux dires de l’enseignante. «Tout va vraiment bien avec mon groupe. Je ne retiens que du positif. Les jeunes sont respectueux, les résultats scolaires et la participation sont au rendez-vous. Et avec le nouvel aménagement, on dirait qu’on a agrandi la classe par l’intérieur. C’est plutôt surprenant», avance Nancie Charron.

Elle a eu l’idée de transformer sa classe après avoir lu et consulté différentes études et ouvrages sur le sujet. À même son propre budget, elle a équipé sa classe pour la rendre «flexible» en parcourant les magasins de meubles et certains marchés aux puces. «J’aimerais aussi trouver une table haute avec des sièges, comme on retrouve dans certains restaurants», dit-elle.

Le concept a d’abord surpris les jeunes élèves, mais ces derniers ont rapidement été conquis. «Quand je suis entré dans la classe, je me suis demandé c’était quoi, dit David Blouin. Là, ça fait quelques semaines et je suis certain qu’on va passer une merveilleuse année. Ma mère m’a aussi dit que c’était une classe parfaite pour moi, car je bouge beaucoup.»

«J’aime le style de la classe, s’exprime Myrlaka Proulx, bien assise sur son ballon. Ça m’aide à mieux apprendre.»

Bien qu’elle aime la nouveauté, Emmy Létourneau préfère le pupitre traditionnel, car elle s’y sent bien».

Congé de devoirs… pendant toute l’année

La classe flexible offre également une certaine flexibilité dans l’horaire des jeunes élèves, qui se retrouvent donc sans devoir durant toute l’année.

En échange, Mme Charron demande à ce que ses élèves s’engagent à faire 30 minutes d’activités physiques et 15 minutes de lecture de façon quotidienne.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des