La Coop de Dixville inaugure son dépanneur intelligent

Par Vincent Cliche
La Coop de Dixville inaugure son dépanneur intelligent
Le président de la Coopérative de solidarité de Dixville

DIXVILLE. Pièce maîtresse d’un projet initié il y a déjà trois ans, la Coopérative de solidarité de Dixville a finalement inauguré les locaux de son dépanneur intelligent, situé en plein cœur de la petite municipalité.

Ce nouveau commerce a toutes les allures d’un dépanneur. On y retrouve des denrées en tous genres et différentes boissons pour se désaltérer. Il est même ouvert 24 heures sur 24. Seule différence notable: on n’y retrouve aucun employé sur place. «Bienvenue au dépanneur intelligent, au dépanneur de demain», avance le président des Solutions Wiz Business, Éric Bouchard-Lefebvre.

Avant de faire leurs emplettes, les consommateurs devront d’abord adhérer à la Coopérative de solidarité de Dixville. On leur enverra ensuite un formulaire par courriel, lequel ils devront remplir avec leurs informations personnelles et de paiement. Une puce électronique leur sera ensuite acheminée. «C’est avec cette puce, qui agira comme clé, que les gens pourront franchir les portes du dépanneur, explique M. Bouchard-Lefebvre. Une fois sur place, ils se procureront leurs items, déposeront leur clé à la borne pour s’identifier et entreront leur commande sur l’écran tactile. Une facture électronique leur sera ensuite envoyée par courriel.»

Bien évidemment, le concept s’appuie sur l’honneur. «On a confiance en nos membres, mais il s’agit aussi d’un risque contrôlé. Les gens sont invités et sont filmés. On possède leurs informations financières et il y aura une limite de transaction», note le président des Solutions Wiz Business.

Des commentaires élogieux

Le président de la Coopérative de solidarité de Dixville, Serge Desjarlais, se réjouit de l’ouverture du troisième volet du Magasin général. «Enfin, il est ouvert, s’exclame-t-il. Ç’a pris un an après l’ouverture de notre restaurant avant d’y arriver. On a travaillé fort pour mettre au point cette technologie et pour trouver une façon de maximiser l’espace.»

Au cours du prochain mois, dix membres de la Coop pourront tester le fonctionnement du dépanneur. «On veut identifier les irritants, s’il en reste, pour que le tout soit opérationnel, commente M. Desjarlais. Durant ce mois, les autres membres de la Coop pourront se procurer des items au dépanneur selon les heures d’ouverture du restaurant.»

Le maire sortant de Dixville, Martin Saindon, ressent une certaine fierté face au projet, lui qui a vu les premiers balbutiements de la Coopérative. «Ce dépanneur revient au plan de développement et à une demande de nos citoyens, explique-t-il. Les services de proximité sont une façon d’attirer, mais aussi une façon de conserver nos citoyens.»

Le préfet de la MRC de Coaticook, Jacques Madore, voit le dépanneur intelligent comme un concept d’avenir. «Ça peut devenir une alternative intéressante pour les plus petits milieux, comme à Martinville, par exemple, dont le dépanneur a fermé il n’y a pas si longtemps.»

L’avenir de la Coop

La Coopérative de solidarité de Dixville souhaite ajouter à son offre de services au cours des prochains mois. On aimerait obtenir un permis d’alcool pour le bistro et ouvrir le samedi, en soirée.

Le gîte, ouvert en juillet dernier, fonctionne bien, aux dires des administrateurs de la Coop.

On veut également bonifier les produits offerts au dépanneur, en ajoutant de la bière et des cigarettes. Comment pourra-t-on prévenir la vente aux mineurs, qui pourraient s’emparer de la puce de leurs parents ou d’un proche? «Les meubles qui vont contenir ces produits seront dotés d’un lecteur d’empreintes digitales. Pour l’alcool, le système reconnaîtra aussi l’heure qu’il est, afin d’interdire sa vente en pleine nuit, par exemple.»

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des