Des économies à la pompe près de la frontière américaine

Par Ghyslain Forcier
Des économies à la pompe près de la frontière américaine
La nouvelle mesure entrée en vigueur le 1er avril fait déjà chuter les prix à la pompe. À Coaticook

ESSENCE. Les automobilistes, qui font le plein à Coaticook ou Stanstead-Est, notamment, paieront leur essence encore moins cher, si l’on en croit le dernier budget déposé par le ministre des Finances Carlos Leitao. La réduction peut atteindre jusqu’à quatre sous le litre depuis le 1er avril.

La mesure s’applique aux stations-services situées à moins de 20 kilomètres de la frontière américaine. Ces stations, affichant déjà pour la plupart des prix à la baisse, retrancheront quelques sous à la pompe. Le gouvernement entend diminuer le montant des taxes perçues et cherche à rétablir une hausse progressive de celles-ci observée au cours des quatre à cinq dernières années. Le but? Accroître la compétitivité des postes d’essence situés de ce côté-ci de la frontière, et faire en sorte que les automobilistes soient moins nombreux à se rendre aux États-Unis pour leur besoin en carburant. Depuis le début de l’année, l’entrée du Québec dans la deuxième phase du marché du carbone a eu un impact à la hausse, augmentation de trois sous le litre, refilée aux automobilistes.

Les stations établies dans ce périmètre affichent déjà un prix moindre. Ainsi, pour les points de ravitaillement situés à moins de cinq kilomètres, une baisse de quatre sous est observée à plusieurs endroits et s’ajoutera aux huit sous déjà en vigueur (0,12 $ au total). Le rabais s’établira à trois sous pour les stations localisées entre 5 et 10 km de la frontière (0,09 $ au total). Le coût chutera de deux sous (0,06 $ au total) pour celles situées entre 10 et 15 km, et d’un sou (0,03 $ au total) pour celles se trouvant entre 15 et 20 km de la limite territoriale.

La mesure est évidemment bien perçue par CAA-Québec. «On voit cette mesure d’un bon œil, puisqu’au final, ce sont les automobilistes qui auront un répit financier, tout comme les entreprises québécoises qui avaient de plus en plus de difficultés à être compétitives», laisse savoir la porte-parole Anne-Sophie Hamel-Longtin, dans un échange de courriel.

«Cette nouvelle mesure arrive à point, surtout quand on sait que le niveau de taxation est beaucoup plus élevé ici que dans d’autres provinces canadiennes ou aux États-Unis. Il est difficile dans ce contexte d’offrir des prix comparables à ceux de nos voisins», écrit-elle.

Moins de déplacements aux États-Unis?

À savoir si la mesure freinera l’exode vers nos voisins du Sud, il est trop tôt pour se prononcer selon elle. «Ce sera à évaluer. Nous ne savons pas encore si ça sera suffisant pour empêcher les gens d’aller faire le plein de l’autre côté de la frontière», indique Mme Hamel-Longtin, du CAA-Québec.

«Reste à voir également si les intentions du ministre Leitao vont mettre de la pression sur certains détaillants, dont les stations se trouvent tout juste exclues de la zone touchée par cette mesure. Ça pourrait avoir pour effet de changer la dynamique dans certains marchés, ce qui pourrait être une très bonne nouvelle pour les automobilistes. Par contre, il ne faut pas oublier que le coût d’acquisition pour les autres stations-service ne sera pas réduit», ajoute la porte-parole du CAA-Québec.

La mesure prévue dans le plan économique, entrée en vigueur le 1er avril, fait en sorte qu’à certains endroits, le prix du litre d’essence pourrait retomber sous la barre du dollar. La mesure dans son ensemble, pour laquelle une somme de 10 M$ est prévue, touchera également les régions frontalières du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario.

Du côté de Québec, on estime que la hausse des ventes sur l’essence, évaluée à 12%, devrait permettre d’éponger la facture. Le taux de taxation général sur chaque litre d’essence vendu dans les régions frontalières atteint 0,19 $, selon ce que révèle le document du dernier budget.

Mike Crook possède le Marché Massawippi à Ayer’s Cliff, exploitant la bannière Ultramar. Il estime que cette mesure, équivalant à une réduction d’un sou sur le litre, est la bienvenue. «Ça ne fera pas une différence énorme sur nos affaires, mais c’est toujours mieux que rien. On profite d’une ristourne semblable du fédéral équivalent à deux sous du litre et je peux dire que ça fait une différence. On voit de plus en plus de gens de Magog venir faire le plein chez nous», dit-il au bout du fil.

Moins de 5 km de la frontière ? baisse de 4 sous

Entre 5 et 10 km ? réduction de 3 sous

Entre 10 et 15 km ? réduction de 2 sous

Entre 15 et 20 km ? réduction d’un sou

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des