Une femme aux prises avec les justices canadienne et américaine

Par superadmin
Une femme aux prises avec les justices canadienne et américaine
Valentina Velasquez

CONDUITE DANGEREUSE. Impliquée dans une folle poursuite policière qui s’est terminée sur la route 141 à Coaticook le 26 septembre dernier, Valentina Velasquez, une citoyenne de Newport au Vermont, a comparu brièvement lundi (29 septembre) au palais de justice de Sherbrooke

Son avocat, Me Benoit Gagnon de l’aide juridique, avec l’accord de Me Tian Meng du ministère public, a obtenu du juge Paul Dunnigan que sa cliente soit soumise à une évaluation psychiatrique.

Les accusations déposées contre la femme de 31 ans sont d’abord pour conduite dangereuse, d’avoir omis d’immobiliser son véhicule alors qu’elle se savait poursuivie par la police, de voies de fait armées pour avoir frappé les véhicules occupés par deux policiers, un agent de la GRC et un de la Sûreté du Québec, de délit de fuite et finalement pour prise de véhicule sans autorisation.

Cliquez ici pour voir des photos de la scène d’accident

Ces accusations sont essentiellement celles portées par le ministère de la Justice et n’incluent pas celles qui découleront des autorités américaines. À Newport, Valentina Velasquez serait inculpée de tentative de vol qualifié dans une accommodation alors qu’elle aurait été armée d’un long fusil, d’avoir conduit sans permis, d’avoir tenté d’échapper à une poursuite policière et de conduite insouciante et négligente. Viendront aussi éventuellement les autres accusations qui pourraient être déposées par les Services d’Immigration Canada.

Toute l’histoire a débuté dans la matinée du 26 septembre à Derby Line alors qu’armée d’un fusil à long canon, Valentina Velasquez se serait d’abord appropriée un véhicule appartenant à une connaissance. Son premier délit aurait alors été commis dans un dépanneur. Un policier l’aurait empêchée d’aller plus loin. Elle lui aurait alors échappé en suivant la route 5 vers les douanes canadiennes de Stanstead. Il va de soi qu’elle ne s’est pas arrêtée.

Entre temps les échanges d’appels entre «troopers» américains et policiers fédéraux et provinciaux se sont multipliés. Un coussin clouté étendu sur la chaussée a bien fait son travail, quoiqu’un agent américain avait préalablement réussi à tirer dans un pneu de la voiture en cavale qui devait effectuer un tonneau sur la route 141. Elle n’avait pas été grièvement blessée.

 

Par Bertrand Gosselin

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des