Hockey double lettre: les joueurs pee-wee et bantam se font tirer l’oreille

Par Patrick Trudeau
Hockey double lettre: les joueurs pee-wee et bantam se font tirer l’oreille
Ghyslain Héroux lance un dernier appel aux hockeyeurs pee-wee et bantam de la région de Coaticook.

Les joueurs des catégories pee-wee et bantam de Coaticook démontrent très peu d’intérêt envers le hockey double lettre, malgré des efforts de regroupement avec les associations de Magog et Stanstead.

Coordonnateur de l’Association du hockey mineur de Magog, Ghyslain Héroux sonne l’alarme pour ces deux groupes d’âge alors qu’on a répertorié très peu de jeunes de la région de Coaticook pour les camps d’évaluation qui ont débuté il y a quelques jours. «On doit former des équipes BB pour le pee-wee et le bantam, mais pour ça, on doit d’abord évaluer le calibre des joueurs. Je sais que certains peuvent avoir vécu de mauvaises expériences dans le passé, mais je peux vous assurer que les évaluations seront faites dans les règles de l’art, avec des évaluateurs des trois villes», a fait valoir M. Héroux.

Ce dernier rappelle aussi que les entraînements et matches seront répartis de façon équilibrée dans chacune des trois villes, et qu’on tiendra compte des jeunes qui doivent pratiquer un autre sport. «Il y en a qui craignent des conflits d’horaire, par exemple parce qu’ils jouent au football scolaire. Nos associations sont très compréhensives face à cette situation et il est possible d’accommoder l’horaire d’un jeune pour qu’il puisse pratiquer ses deux disciplines», ajoute Ghyslain Héroux.

Le coordonnateur magogois précise que le taux de participation au camp du double lettre est excellent dans les catégories atome et midget.

Il reconnaît aussi que les différents programmes de hockey dans les écoles amputent le hockey mineur de plusieurs éléments. «Le hockey scolaire est une réalité avec laquelle nous devons vivre, et qui sera de plus en plus présente. Par contre, nous savons qu’il y a de nombreux joueurs qui n’évoluent pas dans les circuits scolaires et qui brillent par leur absence. C’est à eux qu’on lance un dernier appel», plaide-t-il.

Il est toujours possible de s’inscrire en visitant le site internet de son association locale, ou en communiquant avec Ghyslain Héroux au 819 868-2125.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des