Les artistes de retour derrière les bancs d’école

Par Vincent Cliche
Les artistes de retour derrière les bancs d’école
L'enseignant Jacques Clément propose de judicieux conseils à son élève lors d'une classe

Les classes du Collège Rivier, habituellement désertes en période estivale, ont accueilli des artistes en quête d’inspiration et d’apprentissages, au cours des derniers jours (13 au 28 juillet). Voilà qui signifie que la rentrée est bel et bien enclenchée pour l’école d’été Vacances Arts nature.

Le Yougoslave Ljubomir Ivankovic observe ses élèves donner des coups de pinceaux sur leur toile. À leur tour, ces apprentis tentent de capturer l’essence du modèle humain qui se dresse devant eux. «J’aime enseigner l’art, raconte l’artiste multidisciplinaire avec un lourd accent typique de ce pays européen. Le corps humain est l’un des sujets les plus difficiles à dessiner. Il faut avoir de bonnes bases et un bon œil pour y arriver.»

Alors que certains ateliers se donnent à l’intérieur de la maison d’enseignement privé, d’autres se déroulent à l’extérieur. Jacques Clément a amené ses élèves sur le chemin Cotnoir, où ceux-ci ont une vue imprenable de la Vallée. À cet endroit, Annie Leclerc tente du mieux qu’elle peut de recréer la magie qui s’offre à elle. «Ces classes me permettent de développer davantage ma créativité, raconte celle qui travaille en design industriel chez Bombardier. C’est aussi une façon de m’évader. J’ai autant de plaisir ici que si j’étais partie en voyage.»

Et pas besoin d’avoir de l’expérience en art pour trouver son compte. Un comptable qui n’avait jamais touché à un pinceau de sa vie s’est laissé tenter par l’aventure.

Un succès pour la deuxième année

Justement, cette aventure a été lancée en 2011 par France Gionet et Paul Doyon. Après un premier essai peu concluant, l’école d’été Vacances Arts nature a pris son envol l’an dernier. Aujourd’hui, huit ateliers sont offerts et une cinquantaine d’artistes ont répondu à l’appel.

«C’est deux fois plus d’ateliers qu’en 2012 et nous avons pratiquement triplé notre nombre d’inscriptions», note fièrement Mme Gionet.

Comment expliquer ce succès? «En grande partie, on le doit à nos participants de l’an dernier qui sont revenus cet été avec leurs amis. Le bouche à oreille est une façon très efficace de se faire connaître.»

«La générosité des professeurs est aussi un gage de qualité et de succès», reconnaît pour sa part Paul Doyon.

Parmi les ateliers offerts, on pouvait s’adonner à de la transformation créative de vêtements, à la peinture-collage, à l’aquarelle, aux paysages, au modèle vivant ainsi qu’à la photographie. «C’était très diversifié, signale les directeurs de l’école. Ça partait de l’académisme le plus pur jusqu’à l’art éclaté.»

Déjà, France Gionet et Paul Doyon pensent à la prochaine rentrée, qui devrait avoir lieu du 12 au 27 juillet 2014. Le Collège Rivier est prêt à héberger les futurs artistes pour une troisième année.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des