Des fraises hâtives comme jamais à la Ferme Donabelle

Par Dany Jacques

Croyez-le ou non, mais la Ferme Donabelle de Compton vend ses premières fraises depuis le 29 mai dernier, ce qui représente une bonne dizaine de jours plus rapidement que par les années passées.

Et dix jours, selon le propriétaire Donald Pouliot, c’est énorme dans son domaine. «Des fraises mûres en mai est aussi un fait rare que je ne reverrai peut-être jamais de ma vie, à moins que les changements climatiques provoquent d’autres surprises», explique-t-il.

 

Des fraises hâtives réjouissent le palet des amateurs, mais causent des tracas aux producteurs, comme des risques supplémentaires de gelée et de sécheresse. «On s’est toutefois bien protégé et on irrigue au besoin. Plus il fait beau, plus on est en contrôle en donnant aux plants ce dont ils ont besoin», résume-t-il.

 

Une culture sous bâche depuis 2003 permet de récolter des fraises aussi rapidement, une pratique assez rare dans les Cantons-de-l’Est. Ça permet d’allonger la saison, une autre bonne nouvelle pour les amateurs qui profiteront aussi de fraises d’automne jusqu’au moins d’octobre.

 

La Ferme Donabelle n’offre pas d’autocueillette, mais des fraises sont disponibles en kiosque en bordure de la route 147.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des