Les Comptonales : une expérience champêtre unique

Par Christian Caron
Les Comptonales : une expérience champêtre unique
Plusieurs centaines de personnes se sont arrêtées à l’église St-James de Compton pour admirer les photos et voter pour les meilleures d’entre elles.

Encore une fois cette année, l’événement «Les Comptonales» s’est avéré une expérience champêtre unique. Les gens de la grande ville qui ne savent rien de nos milieux ruraux devraient se faire un devoir de venir à Compton afin de tout découvrir sur l’art de vivre à la campagne.

Pour cette deuxième édition, des centaines et des centaines de visiteurs ont convergé vers les routes campagnardes du secteur de Compton en quête de photos bucoliques, de couleur, de soleil, de gastronomie, etc.

Les organisateurs n’ont rien négligé afin que les visiteurs puissent repartir d’ici avec l’idée d’y revenir l’an prochain et d’y amener leurs parents et amis.

Bon nombre de visiteurs se sont promenés d’une ferme à l’autre, en passant par un verger, faisant un détour par le village de Compton tout en admirant les jardins fleuris.

Ils se sont arrêtés à la Fromagerie La Station du chemin Hatley, chez Victor Blais (Auprès de ma blonde) pour y déguster un gueuleton de viandes et de légumes, ou à La petite ferme dans la prairie afin de savourer saucisses, terrines et délices de la menthe.

Tout ce beau monde ont pris le temps de… prendre leur temps…, de ralentir la cadence et vivre au rythme de la campagne. «Nous voulions créer un événement relaxant, détendu, très différent de l’atmosphère des foires ou des marchés. Un goût de dimanche à la campagne, comme dans notre enfance quand nous visitions mon oncle et ma tante à la ferme», exprime Lisette Proulx, coordonnatrice de l’événement. Évidemment, avec une trentaine de producteurs répartis sur huit (8) destinations, il est difficile d’évaluer le nombre de visiteurs au cours du week-end. Toutefois, ils furent assurément quelques milliers à profiter du décor automnal et garnir leur panier de provision de carottes, pains, pommes, fromages et viandes biologiques.

Par ailleurs, plus de 360 convives se sont retrouvés sous un immense chapiteau pour le gargantuesque Festin des Grâces, une acrobatie gastronomique réunissant huit (8) chefs réputés. On a bien mangé…

Et bien sûr, plusieurs de ces visiteurs étaient munis d’une caméra afin de capter sur pellicule les trésors cachés de la Vallée de la Coaticook.

Exposition de photos

L’exposition de photos, à l’église anglicane St-James a permis à quelque 250 visiteurs d’admirer les œuvres photographiques et de voter pour les meilleures d’entre elles.

Le nom des gagnants a d’ailleurs été divulgué pour les différentes catégories dans l’avant-midi du dimanche. Voici un tableau des gagnants.

PRIX DU JURY

Catégorie «amateur» : Marie-Lou Lapointe (Coaticook) avec «Matinée à la basse-cour».

Catégorie «professionnelle» : Caroline Roy (St-Malo) avec «Grand-père et ses choux».

Catégorie «Médias» : René Soudre (Montréal) avec «La Comptomme géante».

Catégorie «Jeune» : Josiane Breton (Waterville)

PRIX DU PUBLIC

Catégorie «Amateur» : Marie-Lou Lapointe (Coaticook) avec «Matinée à la basse-cour.

Catégorie «pro.» : Éric Lamontagne (Coaticook) avec «Par un beau dimanche»

Catégorie «Médias» : Stéphanie Rowan (Nouvelle Écosse) avec «Croque-nature»

Catégorie «Jeune» : Félix Lamontagne (Coaticook) avec «Petit paysan».

Pour situer nos lecteurs, mentionnons que Marie-Lou Lapointe est la conjointe d’Éric Lamontagne et la mère de Félix Lamontagne. Bref, la famille Lamontagne a laissé sa marque… «La photo, c’est ma passion et on fait ça en famille chez nous. Nos enfants sont dans presque toutes nos photos, c’est notre façon de vivre en famille tout en découvrant notre région», d’émettre madame Lapointe qui se dit emballée par l’ampleur de cet événement.

Commentaires

La coordonnatrice Lisette Proulx était radieuse au terme de la journée du dimanche.

«Tout s’est magnifiquement bien déroulé, notamment sur le plan logistique même si ce n’est pas facile à gérer. Nous voulions recréer une ambiance de famille à la campagne et nous y sommes parvenus. Nous voulions de la marmaille et nous en avons eu. Et le plus intéressant, c’est que de nombreux visiteurs en étaient à une toute première visite chez nous, c’est bon signe», de commenter madame Proulx qui croit que la région est présentement en plein essor sur le plan touristique et qu’elle se forge une identité bien propre à elle. <@CP>(Photo Christian Caron)<@$P>

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des