Le schéma de couverture de risques en incendie est conforme

Par Christian Caron
Le schéma de couverture de risques en incendie est conforme
Les travaux visant à ériger un nouveau poste de la Sûreté du Québec vont bon train. Si tout va bien la relocalisation pourrait se concrétiser en juin prochain.

Le schéma de couverture de risques en incendie de la MRC de Coaticook est maintenant conforme tel qu’exigé par le gouvernement. Une attestation de conformité a effectivement été acheminée à la MRC il y a deux semaines.

Comme l’explique Sylvie Harvey, directrice de la MRC de Coaticook, le schéma de couverture de risques vise à améliorer la connaissance des risqus d’incendie présents sur le territoire et fixe pour l’ensemble de la région de la MRC des objectifs de protection contre les incendies ainsi que les mesures requises pour les atteindre. «C’est une première en Estrie, nous sommes la première MRC à obtenir une attestation de conformité pour notre schéma. À peine une trentaine de MRC au Québec possèdent un schéma conforme», d’émettre fièrement la directrice générale en présentant le document écrit, une brique de plusieurs centaines de pages qui renferme une quantité inestimable de renseignements, de statistiques, de données de toutes sortes, etc. À l’intérieur de ce document, il est question du temps de réponse des pompiers, du plan de mise en œuvre de chacune des municipalités, des effectifs disponibles et la formation requise des pompiers et individus reliés aux divers services, les mesures particulières de protection, les communications, etc. «Tout a été analysé minutieusement», s’empresse d’indiquer madame Harvey en ne manquant pas de signaler l’étroite collaboration des chefs de pompiers des différents secteurs. André Lafaille (Coaticook), Yvon Lapointe (Compton), de même que Bruno Ladouceur et Yves Martel (Waterville) ont multiplié les heures afin de compléter ce travail de longue haleine.

C’est le ministère de la Sécurité publique, précisons-le, qui exigeait un tel exercice dans chacune des MRC du Québec. Des normes pointues qui ont nécessité un travail de moine. Mais tout a été réalisé dans le respect des normes. «En fait notre schéma est tellement bien fait qu’il pourrait éventuellement servir de modèle pour d’autres MRC», fait valoir la directrice à ce sujet.

Dès son entrée en vigueur, les 12 municipalités de la MRC bénéficieront de l’exonération de responsabilité pour le préjudice résultant de l’intervention de leurs services municipaux en sécurité incendie.

Le schéma sera mis à jour dans cinq ans.

Terrains résidentiels

Par ailleurs, une consultation publique aura lieu au cours du mois d’avril sur les modifications apportées au schéma d’aménagement.

À ce sujet, Sylvie Harvey mentionne que la MRC a adopté l’article 59, règle qui permettait de sélectionner en bloc les terrains aptes à accueillir une propriété résidentielle dans les quatre coins de la MRC.

On apprend que quelque 200 terrains ont été retenus, ce qui selon les normes prévues, pourrait permettre un maximum de 107 nouvelles maisons sur le territoire. «C’était le souhait de l’ex-préfet Michel Belzil de faire en sorte que les municipalités puissent disposer d’un mécanisme pour construire en zone verte.. On a donc répertorié toutes les zones de 20 hectares, et ce, tout en respectant scrupuleusement l’aspect agricole», indique-t-elle.

Cette compilation fut rendue nécessaire grâce à un long cheminement et à d’intenses discussions avec les municipalités et l’UPA qui, faut-il le préciser, possède un droit de veto pour tout ce qui concerne les zones vertes. Certaines régions du Québec ont d’ailleurs fait face à beaucoup d’intransigeance de la part de l’UPA…

Avec l’adoption de cet article 59, les municipalités ne seront plus tenues de précéder à une demande à la CPTAQ.

Relocalisation S.Q.

Les travaux visant à ériger un nouveau poste de la Sûreté du Québec vont bon train. À venir jusqu’à maintenant, la coquille du bâtiment est presque complétée et des aménagements sont en cours à l’intérieur de ce bâtiment situé le long de la Route 141, à la sortie Ouest de Coaticook.

Une somme de 800 000 $ a déjà été dépensée jusqu’ici. En tout, le nouveau bâtiment devrait entraîner une facture de 2,1 M $.

Le bâtiment doit respecter toutes sortes de normes du ministère de la Sécurité publique, ce qui se répercute sur le prix global du projet.

Si tout se déroule comme prévu, la relocalisation pourrait se concrétiser en juin prochain.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires