Baseball: le Rocket veut poursuivre sur sa lancée à Coaticook


Publié le 2 avril 2017

Le président du Rocket South Shore, Alain Routhier (au centre) est optimiste à l’aube de la saison 2017. On le voit ici, flanqué de l’entraîneur Guy Ainslie et de son directeur général, Éric Poulin.

©Photo TC Media – Christian Caron

Fiers d’avoir pris part aux séries de fin de saison, l’an dernier, les dirigeants du Rocket Big Bill junior de Coaticook sont déterminés à poursuivre sur leur lancée.

La direction de l’équipe locale a profité d’un point de presse, au Club de golf de Coaticook, pour donner un aperçu de l’équipe qui sautera sur le terrain du Stade Julien-Morin dans les prochaines semaines.

«Il est réaliste de penser que nous présenterons la meilleure défensive du circuit.»

Guy Ainslie, entraîneur

Plein de verve et de vitalité, le président de la formation coaticookoise a d’abord voulu revenir sur la saison 2016 qui en fut une ponctuée de faits marquants. Non seulement le Rocket Big Bill est-il parvenu à se tailler une place en séries d’après-saison, mais les Coaticookois ont éliminé les représentants de Longueuil en première ronde des séries. Une série qui a attiré de belles foules au Stade Julien-Morin.

«L’équipe a participé aux séries pour la première fois de son existence et fut proclamée l’organisation par excellence dans la ligue», a insisté Alain Routhier.

Le président a profité de ce premier rendez-vous avec la presse locale pour signaler qu’il faudra désormais parler du Rocket South Shore de Coaticook. L’industrie qui se spécialise dans la conception de meubles a effectivement accepté de se ranger derrière l’équipe et devient un important partenaire financier.

Personnel d’entraîneurs

Désireuse de mieux encadrer ses jeunes joueurs, l’organisation a posé un premier geste concret en dénichant un assistant-entraîneur de grande expérience afin d’épauler le pilote Guy Ainslie. Mike Goyette, dont les souliers à crampons ont beaucoup voyagé, est l’heureux élu. Sa feuille de route est passablement longue.

James Turcotte-Chabot, qui a évolué au sein de cette équipe lors des deux premières éditions, apportera aussi son aide au sein du personnel d’entraîneurs, de même qu’Éric Cyr à titre de mentor pour les artilleurs.

Nouveaux venus

Le directeur général Éric Poulin n’est pas demeuré les bras croisés au cours de la froide période. Ce dernier a passé l’hiver à analyser scrupuleusement les effectifs. Le Rocket South Shore a donné un grand coup en échangeant Antoine Major et le solide frappeur Nelson Garcia à Longueuil.  En retour, Coaticook met la main sur les lanceurs Samuel Tardif et Guillaume Chapdelaine, de même que le voltigeur Francis Beaudoin et Christopher Morel.

Pour expliquer le départ de Nelson Garcia, le directeur général s’en est tenu à dire que l’on questionnait son niveau d’engagement envers l’équipe.

Selon Éric Poulin, l’arrivée des nouveaux joueurs devrait procurer une meilleure marge de manœuvre aux entraîneurs. Qu’il suffise de préciser que Samuel Tardif s’est aligné pour le U18 l’an dernier.

«Pour la saison 2017, on souhaite que nos joueurs continuent de progresser. Nous avons une jeune équipe, un peu moins de puissance que l’an dernier, mais on mise  sur un bon personnel de lanceurs», ajoute Éric Poulin.

Finalement, parmi les joueurs à surveiller, les amateurs pourront admirer le talent du Coaticookois Anthony Quirion, 19 ans, qui connaît du succès actuellement dans un collège américain.

Karl Gosselin, un vétéran de 20 ans, apportera également une bonne dose d’expérience.