Nuit de la poésie: un moment des plus uniques à Saint-Venant

Charles-Antoine Rondeau charles-antoine.rondeau@tc.tc
Publié le 16 août 2016

Entouré des artistes ayant participé au premier bloc de la nuit, David Goudreault était tout sourire devant la foule qui en redemandait encore.

©(Photo TC Media - Charles-Antoine Rondeau)

LITTÉRATURE. La toute première grande nuit de la poésie de Saint-Venant-de-Paquette a été couronnée de succès, alors qu'environ 750 passionnés des mots se sont donné rendez-vous dans ce petit village bucolique, dans la nuit de samedi à dimanche derniers.

La mauvaise température n’aura donc pas eu le dessus sur cet événement tant attendu. Quelque temps après l’ouverture, le directeur artistique, David Goudreault, semblait déjà satisfait de la tournure des choses. «Les salles sont pleines et les gens ont l’air d’adorer. Les membres du comité, on s’est même dit qu’une chance qu’il y a eu de la pluie, car avec le beau temps, ça aurait carrément débordé», laisse-t-il entendre.

M. Goudreault observe qu’il s’agit d’une preuve tangible de l’intérêt de plusieurs pour la poésie. «C’est une grande victoire, car ça démontre à quel point ils en veulent. Il n’y en a pas ou trop peu à la télévision et à la radio, et on voit que les gens sont preneurs», d’ajouter l’écrivain et poète.

C’est rare qu’on puisse rassembler autant de gens dans un petit village d’une centaine d’habitants pour la beauté et pour la poésie. Personne n’est ici pour l’argent, mais bien pour la cause de la parole et le contact humain. Yann Perreau

À Saint-Venant-de-Paquette, cet événement est en quelque sorte la renaissance de soirées de poésie qui étaient auparavant organisées par l’auteur-compositeur-interprète Richard Séguin. Celui-ci se réjouit de cette réussite. «On sent le besoin des gens d’aller à la rencontre des poètes ainsi que d’écouter les mots et l’imaginaire qu’ils proposent. On assiste à un échange et à un partage, et c’est d’une harmonie incroyable», mentionne-t-il. 

Près d’une quarantaine d’artistes ont répondu à l’appel pour cette première édition. Parmi eux, Chloé Sainte-Marie, Raôul Duguay, Vincent Vallières et Yann Perreau. Ce dernier considère que les événements de ce genre se font trop peu nombreux. «C’est rare qu’on puisse rassembler autant de gens dans un petit village d’une centaine d’habitants pour la beauté et pour la poésie. Personne n’est ici pour l’argent, mais bien pour la cause de la parole et le contact humain. Ça me touche et c’est complètement magnifique», de lancer cet amoureux des mots.

Avec une réponse si positive de la part des artistes et du public, il ne fait aucun doute que l’organisation pense déjà à répéter l’expérience au cours des prochaines années.