Sections

8500 visiteurs célèbrent le 40e de l'Expo Vallée de la Coaticook


Publié le 7 août 2017

L'Expo Vallée de la Coaticook a su charmer 8500 visiteurs cette année.

©(Photo TC Media - Vincent Cotnoir)

RASSEMBLEMENT. L'Expo Vallée de la Coaticook a attiré quelque 8500 visiteurs pour son 40e anniversaire, le week-end dernier (3 au 6 août).

Même si ce chiffre est en deça des 12 000 festivaliers souhaités, le comité organisateur ne baisse pas pour autant les bras. «Il est vrai que Dame nature ne nous a pas aidés, surtout le samedi, où la pluie est tombée, reconnaît la coordonnatrice de l'événement, Chantal Ladouceur. Il y a toujours de nombreuses familles qui viennent lors de cette journée, alors c'est probablement là qu'on a perdu le plus grand de notre public.»

«Néanmoins, ç'a quand même très bien été tout au long du week-end, poursuit-elle. Il y avait toujours beaucoup de gens sur le site, surtout le vendredi et le dimanche. Nos tires et notre derby ont su attirer de bonnes foules.»

Mme Ladouceur rappelle également le double objectif  d'un événement comme celui de l'Expo. «Il y a bien sûr les spectacles et les manèges pour amuser les gens, note-t-elle. Mais, il ne faut pas oublier que l'Expo, c'est aussi pour éduquer. Voilà pourquoi on a tenté de donner un peu plus d'importance à notre salon agricole cette année. Et ç'a bien été apprécié de nos visiteurs.»

La coordonnatrice du rendez-vous estival en était à sa première Expo dans ce rôle. Elle dit avoir observé et pris plusieurs notes afin d'améliorer l'expérience des visiteurs pour l'an prochain. «J'aimerais revoir l'aménagement du site. Il faut penser à amener un peu plus de gens vers nos exposants, qui sont un peu à l'écart», estime Mme Ladouceur.

Cette dernière souhaite également bonifier les jugements l'an prochain. On pourrait voir de nouvelles catégories, comme ce fut le cas cette année avec l'apparition des concours pour le sirop d'érable.

Côté musical, pourrait-on revoir des spectacles musicaux? «Je ne sais pas à quel point ç'a manqué aux gens, mais on amènera ce point lorsqu'on fera nos derniers bilans», assure Chantal Ladouceur.