Sections

La Voie des pionniers ajoute trois nouveaux personnages à son circuit


Publié le 10 juillet 2017

Les responsables de la Voie des pionniers ont procédé au dévoilement de trois nouveaux personnages du circuit dans la région de Memphrémagog, le 9 juillet dernier. Sur la photo, on reconnaît les concepteurs Stéphan Flibotte et Josée Moisan, de Pittoresco, ainsi que l'ex-présidente de la Table de concertation culturelle de la MRC de Coaticook, Michèle Lavoie.

©(Photo gracieuseté - Dominic Sauvageau)

AGRANDISSEMENT. La Voie des pionniers, un circuit historique et touristique bien connu dans la Vallée de la Coaticook, s'immisce dans la région de Memphrémagog.  

Les responsables ont en effet dévoilé trois nouveaux personnages à Ayer's Cliff, Hatley et Stanstead, portant ainsi à 26 le nombre de stations que les curieux peuvent visiter.

Selon l'ex-présidente de la Table de concertation culturelle de la MRC de Coaticook, Michèle Lavoie, le rapprochement avec la région de Memphrémagog s'est fait naturellement. «Ces trois villages sont, après tout, les portes d'entrée vers Coaticook», souligne celle qui a chapeauté le projet depuis sa création.

Lors de leur périple, les passants pourront en apprendre davantage sur Carlton Ayer, du côté d'Ayer's Cliff. Ce dernier a joué un rôle majeur dans le développement des installations permanentes d'une des plus anciennes expositions agricoles au Canada. Une installation voit aussi le jour à Hatley, où on y racontera l'histoire du révérend Charles James Stewart, premier pasteur anglican de cette petite municipalité. Une rencontre avec la docteure Henrietta Ball-Banting, au Cercle de pierres de Stanstead, conclut ce prolongement du parcours dans la MRC de Memphrémagog.

Un prolongement de la Voie des pionniers est-il probable dans un avenir rapproché? Mme Lavoie rappelle qu'il y a toujours des intéressés pour le projet. «Chaque fois qu'on fait une inauguration, il y a des gens qui manifestent leur désir d'accueillir un personnage. Au final, c'est au comité de trancher à savoir s'il y aura ou non une expansion du projet», conclut-elle.