Sections

Le maire de Coaticook préside sa dernière assemblée du conseil


Publié le 4 octobre 2017

Le maire de Coaticook, Bertrand Lamoureux, portera ce titre encore quelques semaines, jusqu'à l'assermentation du nouveau conseil, en novembre prochain.

©(Photo TC Media - Vincent Cliche)

POLITIQUE. La retraite va bientôt sonner pour le maire de Coaticook, Bertrand Lamoureux, lui qui a présidé sa dernière assemblée du conseil municipal, lundi dernier (2 octobre).

13Le premier magistrat aura passé 30 ans au conseil municipal, dont une douzaine à titre de maire. «Si on fait un calcul rapide, je pense avoir assisté à environ 360 assemblées du conseil. J'en garde de très beaux moments et de beaux souvenirs», lance M. Lamoureux.

Ce dernier a noté la collaboration qu'il a obtenue de son prédécesseur, André Langevin, et de certains autres collègues «qui, malheureusement, ne sont plus de cette terre», comme Ronald Charland.

Le maire Lamoureux est également revenu sur la dette de sa municipalité, qui se chiffre aujourd'hui à quelque 13 millions de dollars. «Je l'entends souvent: "quand t'es entré à la mairie, on n'avait pas de dette et là, on en a une". Il faut quand même dire que nous avons avancé grâce à tous ces projets [Centre sportif de l'école secondaire La Frontalière, complexe industriel, refonte du centre-ville, station d'épuration des eaux, etc.]. D'après nos comptables, c'est normal d'avoir une dette de cette taille. Lorsqu'on se compare à des villes aux populations semblables à la nôtre, on est très bien côté, point de vue endettement.»

«J'espère que la personne qui me succédera continuera dans la même veine. Il faut continuer à ce que notre ville prospère, qu'elle se développe et qu'elle progresse.»

Âgé de 72 ans, Bertrand Lamoureux affirme qu'il est maintenant temps de céder sa place. «J'ai vu tellement de belles équipes passer à l'hôtel de ville. Sans elles, je n'aurais pas été capable de réaliser tous ces projets. Elles ont su m'aider durant ces 30 années. Je sais que mon successeur pourra compter sur cette belle collaboration.»