Sections

Coaticook investira 10 M$ pour construire un nouveau poste 120kV


Publié le 27 septembre 2017

Le directeur des services extérieurs à la Ville de Coaticook, Simon Morin, Le chef de division chez Hydro-Coaticook, Sylvain Breault, le conseiller municipal Simon Madore, le maire de Coaticook, Bertrand Lamoureux, et la conseillère municipale Sylviane Ferland ont levé le voile sur le projet d'un poste 120kV.

©(Photo TC Media - Vincent Cliche)

ÉLECTRICITÉ. La Ville de Coaticook a jeté les bases pour la construction d'un nouveau poste 120kV, nouvelle addition de son réseau Hydro-Coaticook.  

Aux dires du maire Bertrand Lamoureux, il s'agit du plus gros projet de l'histoire de la municipalité. On parle ici d'une facture de dix millions de dollars. Le premier magistrat a indiqué que les élus planchent sur cette nouvelle installation depuis un peu plus d'un an. «La Ville produit de l'hydroélectricité, mais plus suffisamment pour combler les besoins des résidents et des entrepreneurs. Il faut donc acheter de l'électricité d'Hydro-Québec et la distribuer. Aussi, depuis quelques années, la consommation d'électricité est à la limite de ce que peut fournir Hydro-Québec pour Coaticook. L'augmentation graduelle de la charge sur le réseau a obligé la Ville à prendre une décision», a expliqué M. Lamoureux.

Le poste permettra à la Ville de Coaticook d'acheter l'électricité à meilleur prix et de rebrancher des clients qu'Hydro-Coaticook n'avait pas pu accepter, faute de capacité.

«On vient abaisser la tension, mentionne le chef de division chez Hydro-Coaticook, Sylvain Breault. Ces sorties à plus basse tension permettront d'avoir une plus grande puissance au final pour alimenter la ville. Il y aura aussi pas mal moins de fluctuations.»

Le terrain qui accueillera le nouveau poste se situe sur la rue Merrill, en bordure du parc industriel. Les plans et devis sont en cours de réalisation. Certains équipements spécialisés ont déjà été commandés. Les travaux proprement dits débuteront au printemps 2018. La mise en service est prévue pour l'automne 2018.

Même si le projet vient avec une facture de dix millions de dollars, le maire Lamoureux parle non pas d'une dépense, mais plutôt d'un investissement. «Le montant est important et ça peut faire peur, mais c'est un beau projet. Le poste se paiera par lui-même grâce à l'économie sur les coûts d'achat, mais également grâce aux clients, principalement industriels, que nous allons récupérer», fait savoir le premier magistrat.