Interconnexion Québec – New Hampshire: Hydro-Québec préfère le tracé aérien


Publié le 10 mai 2017

Le mont Hereford.

©(Photo gracieuseté – Stéphane Lafrance)

EAST HEREFORD. Même si le scénario d'enfouissement le long des voies publiques proposé par Forêt Hereford permettrait une économie de plus de cinq millions de dollars, Hydro-Québec croit néanmoins que le tracé aérien demeure le meilleur compromis.

La Société d'État a rendu publique son analyse, mercredi (10 mai), comme l'avait demandé le regroupement SOS Mont Hereford.

L'économie proposée par le tracé de Forêt Hereford ne viendrait pas couvrir l'écart des coûts entre son tracé et celui d'une ligne aérienne, qui est d'environ 60 millions de dollars. L'économie de cinq millions de dollars est également basée sur l'hypothèse que le roc ne représente pas de contraintes particulières. «Une telle situation apparaît peu probable dans un secteur situé aussi près d'une montagne. En présence de roc, il est parfois nécessaire de procéder à du dynamitage, ce qui augmenterait les coûts», précise Hydro-Québec.

La Société d'État rappelle que l'enfouissement des fils n'est pas sans impact. «Elle nécessite des travaux d'excavation, dont ceux-ci comporteraient des impacts environnementaux pouvant nuire aux milieux humides et aux cours d'eau. Elle suppose la construction d'installations aérosouterraines sur des terrains privés situés à l'extérieur de la forêt, lesquelles devraient demeurer accessibles en tout temps. Elle imposerait également des restrictions à la circulation pour la population locale pendant les travaux», mentionne-t-elle par voie de communiqué.

Hydro-Québec rappelle que la ligne aérienne est plus avantageuse sur le plan économique, puisqu'elle a une durée de vie deux fois plus longue.

L'analyse complète d'Hydro-Québec est disponible en cliquant ici.

Réaction politique

Le Parti québécois a pris connaissance de l'étude et ne change pas de décision. La formation politique maintient qu'il faut enfouir les fils afin de contourner les terres protégées de la forêt Hereford.

«Dans l'analyse, rien n'est mentionné sur la servitude de conservation, soit la constitution même de Forêt Hereford. La Société d'État ne mentionne rien non plus sur l'impact sur le paysage ni sur l'enfouissement du côté américain. L'enfouissement demeure la meilleure option pour respecter les obligations et la servitude de la forêt, tout en minimisant les impacts sur la communauté locale», insiste le Parti québécois.